Carnet de route: Septembre 1999

Le dialogue des Carmélites

Université de Grenade

Abbaye de Mondaye (Normandie)

Télévision à Berlin

Rencontre en Bavière

Bibliographie Carnets de route parus
Partenia en chiffres
   

 

Partenia

La Lettre

Carnet de route

Catéchisme

Rétrospective

Link

email

 

Le dialogue des Carmélites

Dans le jardin de la collégiale de Bollène (près d'Avignon), je participais à un débat autour des thèmes abordés par Georges Bernanos dans ses dialogues avec les Carmélites. J'étais sous le charme de la magie des lieux. Pourquoi Bollène ? Parce que 32 religieuses ont été condamnées et exécutées en 1793 par la Commission populaire d'Orange. C'était la période révolutionnaire appelée la "Terreur ". Les Carmélites de Compiègne dont parle Bernanos, comme celles de Bollène, se voyaient réserver le même sort.

J'ai relu avec beaucoup d'admiration le dialogue des Carmélites. La vieille Prieure est en train de mourir. Cette femme remarquable, au caractère trempé, se trouve désemparée et angoissée devant la mort. Sa mort ne ressemble pas à sa vie. A l'inverse, la jeune et dernière novice qu'elle a accueillie, se montre fragile et remplie de peurs. Le moindre obstacle l'a fait fuir. Mais au dernier moment, elle surmontera ses peurs et rejoindra ses soeurs sur l'échafaud. Sa mort ne ressemblera pas non plus à sa vie. Tout se passe comme si la mort dramatique de la Prieure avait permis la mort héroïque de la novice. Communion des saints. Alchimie de la grâce.

Comment ne pas passer des Carmélites de Compiègne aux moines de Thibérine ?
Je cite avec émotion les inoubliables paroles du Prieur de Notre-Dame de l'Atlas dans son testament spirituel : "S'il m'arrivait un jour - et çà pourrait être aujourd'hui - d'être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant tous les étrangers vivant en Algérie, j'aimerais que ma communauté, mon Eglise, ma famille, se souviennent que ma vie était donnée à Dieu et à ce pays... Ma vie n'a pas plus de prix qu'une autre. Elle n'en a pas moins non plus".

Top

Télévision à Berlin

L'émission Théma organisait une soirée de réflexion sur les effets du Viagra. Les intervenants, compétents en la matière, m'éclairaient sur les comportements des personnes ainsi que sur la place de l'échec et du désir.
Je soulignais le rôle de la société qui entretient la peur, rassure, rend conforme avec le danger de fabriquer un monde plat. D'où la peur d'être en panne, de manquer, de ne pas être à la hauteur... La société met à notre disposition toutes sortes de produits pour que nous puissions être en forme, faire face, réussir. Ces produits sont souvent chers et pas toujours indispensables alors que des populations du tiers monde n'ont même pas les médicaments nécessaires à leur survie.
Ne nous faisons pas illusion. Les peurs ne peuvent être vaincues par des moyens venant de l'extérieur. Nous avons besoin de choses qui libèrent de l'intérieur.


Top

Université de Grenade

Les Jésuites de Grenade ont organisé une Université d'été avec pour thème l'avenir des religions.
Sur cette terre andalouse, chargée d'histoire et toujours rassasiée de soleil, qu'il était agréable de faire connaissance et d'apprendre des autres, dans un climat d'ouverture et d'écoute !
R. Cardonal, vice-recteur de l'Université d'El Salvador, parla de la Théologie de la Libération dont la caractéristique est son point de départ : les pauvres, les opprimés avec lesquels Jésus s'est identifié sans oublier d'adopter leur manière de voir le réel. D'où le choix d'une analyse qui permette de comprendre les mécanismes sociaux qui produisent la misère et l'écrasement de l'homme. On comprend que cette Théologie de la Libération fasse peur aux gens du pouvoir !
Dans mes interventions je soulignais que l'avenir était dans les marges. Quand les Eglises deviennent marginales, c'est la marginalité qui devient centrale.
 


Top

Rencontre en Bavière

Dans la très catholique Bavière, une série de rencontres et de célébrations étaient minutieusement préparées au son de la joie et de la fête.
L'une d'elles eut lieu à Augsburg. Des chrétiens appartenant à des associations de défense des étrangers sans papiers firent part de leur engagement courageux à leurs côtés malgré les oppositions et les conflits rencontrés. Ces chrétiens n'ont pas dit seulement ce qu'ils faisaient avec et pour les étrangers. Ils ont dit ce qu'ils avaient appris et reçu d'eux, à savoir le sens de l'humain, être vrai, l'importance de vivre le moment présent, la confiance en Dieu, une nouvelle façon de prier... J'étais dans l'admiration et spontanément montaient à mes lèvres les paroles de Jésus : "Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d'avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l'avoir révélé aux tout petits".
 


Top

Abbaye de Mondaye (Normandie)

C'était jour de fête pour tous ceux qui étaient venus assister à la bénédiction du nouvel Abbé des Prémontrés. Nous nous sommes connus au service militaire. Depuis les liens d'amitié n'ont jamais cessé d'exister. J'étais heureux d'être là à ses côtés. La beauté sobre de la liturgie se déployait sous nos yeux, imprégnant avec douceur nos coeurs et nos esprits.

Au moment où le nouvel Abbé recevait la charge de tous ses frères, je songeais à la célèbre prière d'un Père Abbé cistercien pour ses moines. Il s'agit d'Aelred de Rievaulx. Dans sa prière il s'adressait à Jésus le Bon Pasteur. Il ne demandait rien pour lui mais tout pour ses moines.

"Vous connaissez mon coeur, Seigneur : tout ce que vous m'avez donné, à moi votre serviteur, je veux le donner sans réserve et l'employer entièrement pour eux. Je veux surtout me dépenser moi-même de grand coeur pour eux.
Qu'il en soit ainsi, mon Seigneur ! Mes sentiments et mes conversations, mes occupations et mes repos, mes pensées et mes actions, mes succès et mes échecs, ma vie et ma mort, la santé et la maladie, tout ce que je suis, ce que je vis, ce que je sens, ce que je comprends, que tout leur soit donné, à eux pour qui vous même n'avez pas dédaigné de vous donner... Vous savez, doux Seigneur, combien je les aime et que mon coeur leur est donné, et que toute ma tendresse leur est acquise. Vous savez, mon Seigneur que ce n'est pas dans un esprit de rigueur ni de domination que je leur commande, que je désire leur être utile dans la charité plutôt que de dominer sur eux, que l'humilité me pousse à leur être soumis et l'affection à être au milieu d'eux comme l'un d'entre eux ".
Top



Partenia

La Lettre

Carnet de route

Catéchisme

Rétrospective

Link

email

 

Carnets de route parus :

Top



PS: Partenia en chiffres: année 1998

Nombre total de pages presentées en sept langues sur le WEB en un an: 66 430
Nombre total de visiteurs en un an: 114 000
Augmentation de visiteurs en un an: 22'000
Moyenne mensuelle de visiteurs: 9 500
Nombre d'e-mails reçu par Mgr. Jacques Gaillot en un an: 2 500
Nombre d'e-mails reçu par le webmastre en un an: 1 460
Participants actifs au Forum de Partenia, le 1 Octobre - 31 Décembre 1998: 393
 

 Top