Carnet de route: Avril 1999

Des sans-logis s'emparent d'un hôtel

Rencontre à Retine (Belgique)

Au Théâtre du Palais de Chaillot

À la FNAC de Dijon

À la collegiale de Dinant (Belgique)

 

 

Bibliographie

Partenia en chiffres

 

Archives


Partenia

La Lettre

Carnet de route

Catéchisme

Rétrospective

Link

email

 

DES SANS-LOGIS S'EMPARENT D'UN HOTEL

 
Une vingtaine de jeunes ont occupé un hôtel vide et délabré, au centre ville de Carcassonne. Ils sont sans logement, sans travail et sans ressources; mais ils sont accompagnés de leurs chiens et ne manquent pas de projets.
Ils veulent rester ensemble et transformer l'immeuble abandonné en hôtel social pour des jeunes de la rue. A leur demande, je viens à Carcassonne passer la journée avec eux et leur manifester ma solidarité. Toutes les instances concernées, de la préfecture à la mairie, en passant par les
associations et le comité de soutien, se sont réunies et ont décidé la mise en place d'un comité de pilotage. Au cours d'une réunion publique, le responsable des jeunes a pris la parole pour présenter leur projet d'hôtel social. Il le fait avec conviction et précision. Comment ne pas s'en réjouir ! Si ce projet voit le jour ce sera une " première" en France.

 

Top

 

A LA FNAC DE DIJON

 

Entre deux trains, je participe à un débat de la Fnac à l'occasion de la sortie de mon dernier livre. L'endroit est convivial : nous sommes tassés, rendus proches et le débat respire la liberté. Plusieurs questions m'ont surpris et interrogé : Comment se fait-il que des chrétiens délaissent l'Eglise pour ne garder que l'Evangile ? L'Eglise serait-elle inadaptée alors que l'Evangile serait d'actualité? L'Eglise n'accueillerait pas ceux qui se trouvent dans des situations marginales alors qu'avec l'Evangile ils se sentiraient de plein pied. N'est-ce pas étrange? L'expérience m'a appris que l'Evangile est abrupt et les paroles de Jésus rudes. L'Evangile ne divise-t-il pas ?

Top

 

RENCONTRE A RETINE (BELGIQUE)

 

La soirée est admirablement organisée. Près de 700 personnes sont rassemblées. Dans les échanges je découvre la souffrance que des prêtres et des laïcs endurent de la part de l'Eglise. Il n'y a pas d'agressivité mais une déception profonde. Il est heureux que cette souffrance s'exprime en vérité devant tout le monde dans un climat d'écoute. J'ai senti en fin de soirée un souffle d'espérance passer sur le public. L'espérance ne prend-elle pas corps quand on traverse des épreuves et des conflits alors que l'avenir nous apparaît fermé?

Top

 

A LA COLLEGIALE DE DINANT (BELGIQUE)

 

La collégiale qui se dresse entre les rochers et la Meuse suscite l'admiration. L'assemblée qui y prend place, achève de lui donner toute sa beauté. En présence de l'évêque de Namur, je donne une conférence sur nos solidarités avec les marginaux. Une question ne pouvait pas ne pas venir ce soir-là: Pourquoi cette intervention du Vatican auprès du gouvernement britannique pour lui demander l'abandon des poursuites contre le général Pinochet ?

L'incompréhension et la réprobation de beaucoup de catholiques à propos de cette intervention manifestent leur désir d'une Eglise crédible, c'est à dire d'une Eglise qui soit vraie en toute situation. Or l'Eglise de Rome n'a pas fait entendre sa voix pour défendre la mémoire des victimes de 17 années de dictature militaire.

Top

AU THEATRE DU PALAIS DE CHAILLOT

La manifestation des sans-papiers avait pour but de prendre la parole dans un lieu symbolique. Quel meilleur endroit que celui de ce théâtre où a été proclamée solennellement, en 1948, la Déclaration universelle des droits de l'homme!
L'entracte prenait fin, le public (1200 personnes) revenait dans la salle pour la suite du spectacle :
" L'avare", célèbre pièce de Molière.

Et voici qu'arrive une délégation des sans-papiers sur la scène. L'acteur Michel Piccoli donne le sens de notre intervention inattendue. Il lit un message de soutien de Yehudi Menuhin, envoyé deux jours avant sa mort. Puis un jeune algérien sans papier, tout intimidé, prend brièvement la parole pour dire le désespoir de leur situation. A ce moment précis, je n'entendais que les sifflets et les oppositions : " Assez! Dehors! Pas de politique ici! On est venu pour le spectacle. Bien sûr, il y avait aussi des applaudissements mais l'harmonie paraissait brisée par l'intrusion de ces sans-papiers. Qu'aurait dit Molière en regardant ceux qui se montrent si "avares" de citoyenneté ?

Top



Partenia

La Lettre

Carnet de route

Catéchisme

Rétrospective

Link

email

 

Archives :

Top



PS: Partenia en chiffres: année 1998

 

Nombre total de pages presentées en sept langues sur le WEB en un an: 66 430

Nombre total de visiteurs en un an: 114 000

Augmentation de visiteurs en un an: 22'000

Moyenne mensuelle de visiteurs: 9 500

Nombre d'e-mails reçu par Mgr. Jacques Gaillot en un an: 2 500

Nombre d'e-mails reçu par le webmastre en un an: 1 460

Participants actifs au Forum de Partenia, le 1 Octobre - 31 Décembre 1998: 393

 

Top