La Lettre de Jacques Gaillot du 1er Février 2000

Tempête et Marée noire
Découvrez: Histoire, Biographie et Bibliothèque de Partenia
   

Partenia

La Lettre

Carnet de route

Catéchisme

Rétrospective

Link

email

 

Tempête et Marée noire

La tempête sans précédent qui a ravagé la France, n'en finit pas de nous interroger. Des leçons sont à tirer. Nous faisons l'expérience de la fragilité des êtres humains devant le déchaînement des forces de la nature. L'homme n'arrive pas à commander au vent, malgré toute la technologie dont il dispose. Du coup, les festivités de l'an 2000 se sont déroulées dans un climat de modération et de sobriété.

Suffit-il de dire que cette tempête a été exceptionnelle dans nos climats tempérés et que de toute façon c'était un phénomène naturel auquel on ne pouvait rien sinon de le prévoir ? Comment ne pas penser à un déréglement climatique sur notre planète : inondations catastrophiques au Vénézuela, sécheresse sans précédent au Moyen-Orient, fonte spectaculaire de la calotte de l'Arctique ?

On est en droit de se demander s'il n'y a pas un lien entre le réchauffement de la planète et l'effet de serre. Sans attendre qu'un jour la science nous en donne la preuve, n'est-il pas urgent de prendre les moyens d'abaisser notre niveau d'émission de gaz carbonique ? La lutte contre les gaz à effet de serre, demandée par des conférences internationales, n'a jamais été suivie d'engagement politique. Cela suppose : économie d'énergie, nouveau mode de consommation et de transport, aide à fournir aux pays du Sud pour améliorer la qualité écologique de leur énergie.

La tempête nous a aussi montré que les collèges et les lycées, de construction récente, avaient le moins bien résisté. Cela signifie-t-il que l'on ait voulu construire vite et pas cher au détriment de la sécurité ?

La marée noire a provoqué une catastrophe écologique et suscité à juste titre une indignation nationale. La compagnie Total-Elf, pour des raisons de profit, a eu recours aux pavillons de complaisance dont tout le monde sait qu'ils sont "dangereux ". Boycotter Total-Elf est une bonne chose pour mobiliser l'opinion. En Birmanie, Total soutient la dictature en place en construisant un gazoduc qui utilise le travail forcé. Au Congo, Elf soutient un régime corrompu qui met le pays à feu et à sang. Mais il serait encore mieux de légiférer pour interdire le recours aux pavillons de complaisance. Tant qu'on agit pas sur les causes, il devient difficile ensuite de pouvoir en maîtriser les effets.

Tempête et marée noire ont suscité une solidarité exemplaire non seulement en France mais aussi hors de nos frontières. Elles nous rappellent que l'homme est appelé à vivre en harmonie avec la nature et non pas contre elle. Il n'est pas fait pour la piller et encore moins pour la dominer avec arrogance. C'est une précieuse leçon.

Top