La Lettre de Jacques Gaillot du 1er Mai 1999

La guerre dans les Balkans

Découvrez le nouveau livre: L'Eglise virtuelle

Lettres parues




Partenia

La Lettre

Carnet de route

Catéchisme

Rétrospective

Link

email

 

LA GUERRE DANS LES BALKANS

 

Voir à la télévision ces colonnes de réfugiés habités par la peur et la faim est insoutenable. C'est l'enfer à nos portes. C'est un désastre humanitaire que l'on croyait ne jamais plus revoir. Ce n'est pas un mauvais rêve, c'est la réalité qui se passe sous nos yeux. Triste fin de siècle! Le sursaut de solidarité internationale avec les kosovars, l'engagement des associations et des organisations humanitaires, l'ouverture même timide des frontières aux réfugiés, laissent apparaître un coin de ciel bleu au milieu de sombres nuages.

Au début du conflit, j'ai été signataire avec d'autres d'un appel rendu public le 30 mars. Cet appel réclamait l'arrêt des bombardements et l'autodétermination du Kosovo. "Nous n'acceptons pas les faux dilemmes: soutenir l'intervention de l'Otan ou soutenir la politique réactionnaire du pouvoir serbe au Kosovo. Les frappes de l'Otan imposant le retrait des forces de L'OSCE du Kosova ont facilité et non pas empêché une offensive sur le terrain des forces paramilitaires serbes; elles encouragent le pire des revanchismes ultranationalistes serbes contre la population kosovare... "Accepter comme seule base de négociation possible le plan de paix élaboré par les gouvernements des Etats-Unis ou de l'Union Eropéenne- ou bombarder la Serbie.

Aucune solution durable à un conflit politique majeur interne à un Etat ne peut être imposée de l'extérieur par la force. "Il n'est pas vrai que tout a été tenté pour trouver une solution et un cadre acceptable de négociations. On a forcé les négociateurs kosovars à signer un plan qu'il ont initialement rejeté en leur faisant croire que l'Otan s'impliquerait sur le terrain pour défendre leur cause... "Nous n'acceptons pas les arguments qui tentent de légitimer l'intervention de l'Otan: il n'est pas vrai que les frappes de l'Otan protége les populations kosovares, ni leurs droits. Il n'est pas vrai que les bombardements de la Serbie ouvrent la voie à un régime démocratique en Serbie..."

Le temps passe. La guerre s'intensifie. Les frappes aériennes n'ont rien réglé. Chaque bombe qui tombe sur Belgrade conforte le régime de Milosévic en soudant derrière lui la population serbe. Comme toujours, l'Eglise orthodoxe se tient aux côtés du peuple serbe. S'en remettre à la puissance des armes est un aveu de faiblesse. On n'arrête pas les atrocités en envoyant des avions. La guerre ne fait qu'aggraver les problèmes et les détresses. Elle est source de nouvelles injustices pour les peuples qui la subissent. Elle coûte cher, très cher. Mais pour faire la guerre on trouve toujours l'argent. C'est une insulte à la misère. Sans doute faut-il plus de courage pour faire la paix que pour la guerre!

Top


 

Partenia

La Lettre

Carnet de route

Catéchisme

Rétrospective

Link

email

 

 
Mgr Jacques Gaillot
EGLISE VIRTUELLE
EGLISE DE L'AN 2000
Un évêque
au royaume d'Internet
Lorsqu'en en janvier 1995 Jacques Gaillot fut démis brutalement de ses fonctions à Evreux, cette éviction prit la forme, quelque peu surréaliste, d'une nomination à la tête d'un diocèse devenu fictif depuis des siècles, Partenia en Algérie. Elle fit aussi de lui une sorte d'évêque virtuel dont les paroissiens potentiels étaient disséminés sur toute la planète... Un an plus tard, décidant de prendre l'institution au mot, il créa un site Internet pour correspondre avec des interlocuteurs du monde entier. Le succès fut immédiat: de toute la France, du Canada, d'Australie et de dizaines de pays, des milliers d'internautes laïcs et religieux, chrétiens ou non, approbateurs ou contradicteurs, conversèrent sur les sujets les plus divers.

Ce livre rend compte de cet extraordinaire lieu d'échanges qu'est le site Partenia 2000, reflet d'une Eglise de demain pour laquelle le découpage géographique des diocèses, hérité du Moyen Âge, n'aura plus beaucoup de sens. Jacques Gaillot présente, rassemblés par Philippe Huet et Elizabeth Coquart, des messages qui parlent de l'exclusion, du racisme, de la peine de mort et de tant d'autres sujets brûlants. Rêve d'une Eglise en phase avec l'évolution du monde, évocation des révoltes et des espoirs de toute une génération, ce recueil de témoignages, que l'évêque reçoit avec la foi qui l'habite, inaugure une "pastorale" d'un genre totalement inédit.

Top

 

Partenia

La Lettre

Carnet de route

Catéchisme

Rétrospective

Link

email

 

Lettres parues:

Top