Carnet de route: Octobre 1999

Marche des Sans-papiers

Rassemblement Kurde

L'aventure de la mission

Dalogue à l'aéroport

Bibliographie Carnets de route parus
Partenia en chiffres
   

 

Partenia

La Lettre

Carnet de route

Catéchisme

Rétrospective

Link

email

 

Marche des Sans-papiers

A Toulouse, sur la place du Capitole inondée de soleil, les sans-papiers se rassemblent tandis que le marché s'anime et que les mariages se succèdent à la mairie.

Au cours de l'été, plusieurs sans-papiers avaient entamé une grève de la faim. Les promesses de la Préfecture, non tenues pour certains, firent place à la déception. Un sans-papier se donna la mort. Sa compagne encore toute bouleversée par ce drame est venue au rassemblement. Nous parlons ensemble.

Mais la vie est forte. La lutte continue. Aujourd'hui commence la marche sur Toulouse-Paris. Un grand moment. Avec leurs sacs à dos et leurs casquettes, les marcheurs sont impatients. Après les prises de parole, je me joins à eux pour traverser la ville de Toulouse.

La marche devrait durer un mois et demi avec des étapes bien préparées. Que se passera-t-il sur la route ? Seront-ils bien accueillis ? L'opinion se mobilisera-t-elle à leur égard ? D'autres viendront-ils marcher avec eux ?
Chaque jour sur Internet, je lis avec intérêt le récit de leur aventure.

Top

L'aventure de la mission

Je partageais le pain et l'amitié avec Frédéric, un jeune missionnaire en partance pour la Guinée, dans une région à forte majorité musulmane, loin des centres, sans moyens de communication, sans même connaître ceux avec lesquels il va faire équipe. C'est l'inconnu et l'aventure.

Mais Frédéric porte déjà dans son coeur le peuple guinéen auquel il est envoyé et les jeunes qu'il rencontrera dans le cadre de l'école.

Le témoin de l'Evangile n'est-il pas un nomade dont la vocation est la rencontre ? La vie au service de l'Evangile est une aventure qui façonne le coeur de ceux qui s'y engagent.


Top

Rassemblement Kurde

En Allemagne, à Dortmund, l'immense stade est rempli de Kurdes. C'est un festival. Comme à chaque fois que je participe à leur rencontre je suis frappé de leur dignité et de leur détermination. Je retrouve un groupe de jeunes musiciens venus de Montpellier, la nuit, en camionnette. Ils me font cadeau de leur CD.

Dans la foule, un Kurde a réussi à franchir non sans peine tous les barrages pour me rencontrer. Arrivé enfin devant moi il me dit :"vous me reconnaissez ? Je suis Mehmet". Je reconnais Mehmet, un sans-papier qui à l'époque avait logé plusieurs mois à l'évêché d'Evreux. C'est une joie de le revoir et heureux d'apprendre ce qu'il est devenu. Il est marié, a un logement, a trouvé du travail, il parle bien le français... Notre conversation est hélas interrompue car on vient me chercher pour aller à la tribune. Je dois m'adresser à la foule, je lis mon texte en allemand aussitôt traduit en kurde. "Le drame du tremblement de terre qui vient de frapper la Turquie a bouleversé l'opinion internationale. Un sursaut extraordinaire de solidarité s'est manifesté, ignorant les frontières et les divisions. Mais le terrorisme d'Etat, qui dure depuis 20 ans et opprime la population, personne ne s'en émeut, personne ne s'en indigne. L'opinion internationale ne s'est pas mobilisée...

Si Ocalan a été lâchement abandonné par nos dirigeants occidentaux, il ne le sera jamais par son peuple. Toute humiliation faite à Ocalan est ressentie comme une atteinte à la dignité du peuple kurde. Ces injustices et cette oppression n'ont pas réussi à entamer la détermination du peuple kurde. Le rassemblement d'aujourd'hui en est témoin. Une occasion est offerte pour la paix qui réclame une solution politique et non militaire et Turcs et Kurdes ne peuvent gagner qu'ensemble.


Top

Dialogue à l'aéroport

Au guichet de l'enregistrement, en partance pour l'Allemagne, une jeune hôtesse prépare ma carte d'embarquement. Soudain, me regardant, elle me dit: "Je peux vous soumettre un cas personnel ? Je suis catholique et voudrais me marier à l'Eglise. Mais mon compagnon n'est pas baptisé. On m'a dit que le mariage à l'Eglise n'était pas possible s'il n'était pas baptisé. Nous ne savons pas quoi faire".

 
"Votre ami n'a pas à se faire baptiser pour que le mariage se fasse à l'Eglise.
Vraiment ? On ne lui imposera pas le baptème ?
Il n'y a pas à imposer. Il y a à respecter.
Un mariage à l'Eglise se fait dans un climat de liberté où celui qui ne partage pas la foi catholique est à respecter dans ses convictions.
Alors, c'est merveilleux. Quand je vais lui dire ça ce soir il sera ravi.
Je vous souhaite beaucoup de bonheur à tous les deux".
 
Une fois de plus l'avion a du retard, beaucoup de retard. Occasion d'aller parler avec une autre jeune hôtesse qui est seule au guichet d'embarquement.
Elle est tunisienne, mariée à un Tunisien. Tout naturellement la conversation tourne autour des étrangers sans-papiers. Sa position me stupéfie : "Moi je trouve qu'il y a trop d'étrangers en France. Ils devraient rentrer chez eux" - "Comment ? Vous êtes Tunisienne, mariée à un
Tunisien, vous tenez ce discours ? Ce que vous avez réussi à faire en France, pourquoi ce ne serait pas possible pour les autres ? La France est un pays riche qui pourrait accueillir davantage d'étrangers. Je suis étonné que vous ne soyez pas solidaire des sans-papiers". Visiblement désappointée, elle me répond ; "Ce n'est pas souvent que j'entends des paroles comme celles-là de la part d'un Français. Vous avez sans doute raison".
Top



Partenia

La Lettre

Carnet de route

Catéchisme

Rétrospective

Link

email

 

Carnets de route parus :

Top



PS: Partenia en chiffres: année 1998

Nombre total de pages presentées en sept langues sur le WEB en un an: 66 430
Nombre total de visiteurs en un an: 114 000
Augmentation de visiteurs en un an: 22'000
Moyenne mensuelle de visiteurs: 9 500
Nombre d'e-mails reçu par Mgr. Jacques Gaillot en un an: 2 500
Nombre d'e-mails reçu par le webmastre en un an: 1 460
Participants actifs au Forum de Partenia, le 1 Octobre - 31 Décembre 1998: 393
 

 Top